La crèche dans une mairie y est-elle à sa place ? Est-ce une coutume locale de longue date ou une installation récente avec des arrière-pensées ? 
Croyant ou non, de manière générale, la crèche fait partie de notre folklore, du folklore dans lequel elle revêt une signification à la fois chrétienne, populaire et coutumière. Si on la trouve dans les églises, on la trouve aussi un peu partout selon la sensibilité propre à chaque ville ou village. Les boulangeries ou les grands magasins ont affiché ou affichent des crèches à Noël et des œufs à pâques sans que cela n’est dérangé, ou dérange grand monde.
À l’Élysée, (il y a ?) il y avait le traditionnel sapin de Noël avec les cadeaux pour les enfants du personnel. Jusqu’à présent, la sagesse des gouvernements, même socialistes et « laïques » était d’accepter la cohabitation entre la laïcité républicaine et le passé chrétien, la laïcité républicaine sortait grandie de ce respect.
Elle, qui se réclame de la tolérance, en faisait preuve.
Elle qui se voulait pacifique, faisait preuve de paix.
Elle en recevait les bénéfices en étant d’autant plus respectée et respectable qu’elle était respectueuse. Aujourd’hui, les choses changent. La laïcité a décidé de faire du zèle en se montrant : tatillonne, sourcilleuse, légaliste, fondamentaliste et intégriste. Résultat, elle devient bête voir idiote et dangereuse et là, où il y avait un équilibre fait de bon sens, règne désormais la méfiance, le soupçon, la malveillance et les arrière-pensées. On voit le mal là où auparavant il n’y en avait pas. On crée une sale ambiance en compliquant inutilement les choses. On allume les feux de la discorde. Très curieusement, la laïcité agit comme l’intégrisme islamiste qu’elle récuse. Comme lui, elle a décidé de faire une fixation sur les signes. Ici, ce sont les femmes que l’on voile en faisant du voile un abcès de fixation. Là, c’est le religieux et notamment le christianisme que l’on a décidé de voiler en faisant de ce voile également un abcès de fixation. « Cachez ce sein que je ne saurais voir » dit Tartuffe le héros de Molière. « Cachez cette religion et ce christianisme que je ne saurais voir », disent nos Tartuffes actuels.
Combien d’entre-nous gamins, de petits parisiens, de banlieusards, de provinciaux, de touristes, de jeunes et de vieux de toutes origines et confessions, n’ont badé et ne se sont émerveillé devant les vitrines des grands magasins aux moments des fêtes, sans que quiconque ne se sentent offensé. Alors de grâce, bien pensants et tartuffes de tous bords arrêtez de nous emmerder avec votre laïcité à deux balles et laissez nous vivre en paix.