Poème à double sens ... Adaptation d'un poème de Paul Auguste Marie ADAM

 

C’est au jardin du Luxembourg
Que j’ai rencontré l’amour
Elle s’appelle Pénélope

La première fois quand je l'ai vue
J'ai tout de suite remarqué son regard
J'étais complètement hagard

C’était la fin de l’été
Nous étions tout les deux comme les blés
Elle blonde et moi fauché

Dans ce jardin du Luxembourg
Je me suis dit : il faut que je l'aborde
Pour voir si tous les deux on s'accorde

J'ai déposé mon baluchon
Alors j'ai vu ses gros yeux doux
J'en suis devenu un peu comme fou

Quand je lui ai dit quelle me plaisais
Que j'aimerais bien la revoir
Elle m'a donné rendez-vous le soir

Dans ce grand jardin botanique
Je lui ai dit ci je t’attrape je te jure
Ce sera une belle aventure

Je lui ai dit Oh Pénélope
Tu es une sacrée belle fille
Je t'aimerai toute ma vie

Avant même que notre histoire débute
J’avais compris que c’était une perle
Et ça ma fait poussé des ailes

Sous les regards de la foule
J'ai posé ma main sur sa main
Vous voyez bien que ce n'est pas malsain

Quand dans ce lit de marguerites
Elle m'a caressé doucement la tête
Ma vie entière fut une fête

C’est merveilleux ce qu’on a vécu
Quand elle m’a entrouverts son cœur
Avec un petit sourire moqueur

A l'ombre des eucalyptus
Je lui ai dit : je veux que tu me suives
Je la sentais d'humeur lascive

Alors comme ça dans les tulipes
Elle m'a fait une petite promesse
Toute en douceur et en tendresse

Allonger dans les renoncules
Je lui ai dit tu veux que je t’emmène
Boire un petit crème

Si notre amour devait céder
Je n'aurais plus qu'à me faire prêtre
Je ne pourrais jamais m'en remettre

Car si un jour notre amour rouille
Je m'en mordrai très fort les doigts
Pénélope je n'aimerai que toi