A quoi sert le Sénat, institution deux fois centenaire qui nous coûte chaque année plus de 350 millions d'euros ? D'abord à financer les privilèges (plus de 4 000 euros mensuels de retraite pour 15 ans de cotisation) et les rémunérations royales (11 540 euros net par mois) des derniers princes de la République, nos 347 sénateurs. Et aussi à entretenir les 1 260 fonctionnaires les mieux rémunérés de l'Hexagone (de 2 500 à 20 000 euros net mensuels), qui font la semaine de 32 heures et ont presque 4 mois de vacances. Luxe, calme et volupté... Pour beaucoup de citoyens et de contribuables, ces super-privilèges n'ont pas la moindre justification, et cette deuxième Chambre ne sert à rien. La réalité est édifiante : un petit tiers des sénateurs travaille, un gros tiers vient de temps en temps à Paris et les autres appartiennent à la famille des rois fainéants. Un royaume hors du monde et du temps ? Pas tout à fait. Car nos sénateurs, qu'ils soient de droite ou de gauche, sont assidûment courtisés par des lobbies de tout poil. Des marchands d'armes aux semenciers, chacun connaît la capacité de ces édiles à peser sur la diplomatie française ou à modifier un texte de loi. Cela justifie bien des "voyages d'études", tous frais payés, quelquefois au bord d'un lagon lointain... D'autres ténors politiques, en revanche, continuent à considérer la Chambre haute comme un précieux garde-fou contre les dérives des gouvernements et l'obéissance servile de l'Assemblée nationale.

Quelques chiffres.

  • Allemagne   (80 000 000 d’habitants)     69 sénateurs
  • États Unis   (323 000 000 d’habitants)    100 sénateurs
  • France        (66 000 000 d’habitants)     347 sénateurs     

Le Budget : 350 000 000 €

Réserve parlementaire : 150 000 € par an et par sénateurs soit 52 200 000 €

Le train de vie des Sénateurs.

  • 5500 € net par mois d’indemnité +
  • 6000 € de frais mensuel sans justificatif (ces frais son non imposable) +
  • 9138 € mensuel pour la rémunération de ses collaborateurs +
  • 10 000 € tous les 6 ans pour l’informatique soit environ 1700 € / an +
  • Un forfait téléphone portable +
  • Gratuité nuits d’hôtel à Paris les jours de séance.
  • Tous les sénateurs bénéficient chaque année de 40 vols d’avion aller/retour sur le territoire et d’une carte de transport SNCF illimité en 1er classe.

Coût mensuel hors charges d’un sénateur pour les contribuables : 23 500 €.

Sans oublier : le secrétaire général, le plus haut fonctionnaire du sénat qui avec 20 000€ /mois, est un des fonctionnaires les mieux payés de France.

Mais au palais du Luxembourg il n’est pas que les sénateurs qui bénéficient d’un régime de faveur, d’autres n’ont pas trop à se plaindre non plus.

Rémunérations des employés du sénat.

Le sénat ne compte pas moins de 1260 employés qui sont les employés les mieux payés du pays et qui de plus, bénéficient de quelques autres avantages non négligeables.

Grille des salaires

  • Un jardinier ou un agent d’entretien débute à 2500 € net / mois.
  • Les chauffeurs et les secrétaires à 3500 € / mois pour arriver à un salaire supérieur à 5000 € en fin de carrière.
  • Les huissiers débutent leur carrière à 5000 € / mois tout comme les administrateurs qui eux termine la leur à plus de 10 000 € / mois.

Avantages

  • 11 semaines de congés (payés) minimum par an quelque soit l’ancienneté
  • prime de nuit pour tout le monde
  • prime individuelle de chauffage (4 035 €/ an, soit 336€ par mois (cette prime qui date de 1954, est baptisée depuis 2012 : prime de logement et les nouveaux entrants au Sénat n’y on plus droit).
  • Les chauffeurs se partagent en plus de leur salaire une « Indemnité de conduite » de 281 610 € / an.

La transparence.

Chaque année le Sénat publie son budget, mais seulement dans les grandes lignes.

En 2012, Médiapart publiait pour la première fois un budget détaillé dans lequel est inscrit le paiement de séance de nuit, d’heures supplémentaires et des dimanches pour un montant de : 24 589 100 € soit un complément / mensuel de 1700 € pour chacun, même pour ceux qui ne travaillent ni la nuit, ni le dimanche.

Dans le budget de 2013 apparait le salaire de l’ensemble des fonctionnaires pour la somme de : 106 907 300 € soit 7300 € brut / mois mais impossible d’en connaitre le détail.

Et quand on demande au questeur actuel, pourquoi pas budget détaillé : Il estime que les citoyens n’ont pas besoin de voir des choses qu’ils vont être incapables de comprendre… Tout est dit, fin de citation…

Gourmets, coquets et amateurs de cigare.

Les Sénateurs et leurs invités disposent au palais du Luxembourg d’un restaurant réservé ou plus de 50 personnes travaillent midi et soir à l’élaboration d’un menu gastronomique faisant honneur aux produits les plus nobles du terroir National pour la modique somme de 16,50 €. Le menu proposé est différent à chaque repas et tous les jours de la semaine. 

Nos Sénateurs disposent également d’un salon de coiffure et d’un tabac. En 2011, le restaurant à été subventionné à hauteur de 805 000 €, le tabac à reçut la somme de 36 000 € et le salon de coiffure 110 110 €.

Circulez ! Y à rien à voir.

Personne ne contrôle les comptes du Sénat, même pas la cour des comptes. Ce sont les sénateurs eux-mêmes qui font leurs contrôles. Les élus, peuvent compter sur le Sénat et la « réserve parlementaire » pour financer leurs actions politiques soit entre 130 000 et 150 000 € par an et par sénateur qui peuvent en faire don comme bon leur semble et à qui ils veulent… sans oublier que le sénat offre une autre source de financement aux élus : la subvention aux groupes politiques : 13 000 000 € à partager entre les divers partis de la République (4000 € an / sénateur dans le parti). Et tout cela sans aucun contrôle !

Divers associations de citoyens publient sur internet une sorte de feuille de présence et rendent compte de l’assiduité et l’activité de nos sénateurs. A leur lecture, force est de constater qu’il y à matière à interrogation. Entre janvier et août 2014 plus de 30% n’ont pas mis les pieds au sénat cumul des mandats oblige… D’autres n’ont pas étaient présent en tout et pour tout 6 fois durant leur mandature et même absents, les sénateurs conservent la totalité de leurs indemnités et avantages ! Un texte prévoyant de pénaliser les sénateurs trop souvent absent existe bien mais il n’a jamais était appliqué jusqu'à présent.

Dans ses conditions rien d’étonnant que certains sénateurs profitent de l’opacité du système et soient soupçonnés d’enrichissement personnel, de détournement de fond publics, d’abus de confiance et de blanchiment.

Certains trouvent tout à fait normal leur mode de fonctionnement et ses super privilèges C’est un héritage vieux de deux siècles nous disent ‘ils en guise de justificatif en nous renvoie à l’art.4 de la constitution qui stipule que « les groupes politiques font se qu’ils veulent de leurs recettes, mêmes à titre personnel sans avoir aucun compte à rendre à personne ». Au vu de cela, le questeur actuel avoue que si ce n’est pas illégal, cela peut devenir immoral ! D’autant plus quand un ancien sénateur devenu ministre, aurait continué à percevoir 4000 € à 5000 € par moi après son départ.

D’autres estiment qu’il est urgent de réformer le sénat, sous peine de risque de disparition.

Qu’en sera-t-il ? Je ne sais, nous verrons bien ce que l’avenir réservera à nos Supers privilégiés de la République.