Vous pourrez me raconter ce que vous voudrez, mais avec Hollande c'est tout de même autre chose qu’avec son prédécesseur ! Le style, la classe, le vrai chic corrézien.

Tiens ! Un exemple parmi d'autres, samedi à peine sortie du lit de Julie, notre éternel amoureux est allait passer la journée au salon de l’agriculture. Sept heure viens juste de sonner et notre Président est déjà au cul des vaches. Un vrai retour aux sources, ponctué d'une série impressionnante de petits casse-croûtes et de grands coups derrière la cravate de travers. On voit bien qu'elle s'en fout la Julie de son tour de taille et de son taux de cholestérol de son roudoudou, pas comme du temps de Valoche où il avait intérêt à planquer les meubles histoire d'éviter les représailles, pauvre Pépère...
Alors tout au long de sa journée campagnarde, il a déclaré plein de trucs, le mignon et plus ça allait plus ça devenait pâteux et nébuleux mais de toute façon on s'en fout, l'intégralité de son propos ayant consisté en poncifs, lieux communs et platitudes, conformément aux règles qui président à ce genre d'exercice. Et puis, qu'est-ce que vous voulez qu'il leur chante aux culs terreux, à part la ritournelle "votez pas Front-National" il n'allait tout de même pas distribuer des photos dédicacées de Moscou viens ici ! Euh pardon Moscovici. Surtout qu'après le coup de la Loi Macron il convenait de faire oublier les vilaines disputes et les querelles intestines qui émaillent la vie du Parti depuis l'arrivée à Matignon du bel hidalgo.

L'OPA de Hamon sur le prochain Congrès Socialo et le coup du 49.3, n'en laissent pas moins une impression désagréable qui se traduit par la chute vertigineuse des popularités respectives du Gourou et du Matador, les duettistes de choc du Socialisme Libéralisé dans le Respect des Valeurs de la République et du Collectivisme Réunis. La délicieuse embellie de "l'Esprit du 11 Janvier" vient de sombrer dans les vagues scélérates agitant l'océan de la connerie démocratique. Ni à gauche, ni au centre, ni à droite, il n'y a aucun survivant ! Seule la dame Bleu s'en sort sans dommage : normal, elle sait naviguer la Marine !

Cette semaine nos élites ont ferraillaient dur dans les travées de l'Assemblée Nationale autour d'un petit projet de loi, révolutionnaire au point d'augmenter de sept le nombre de Dimanches possiblement ouvrés et d'autoriser, afin de pallier les honteuse insuffisances du transport ferroviaire, la circulation illimitée des autocars sur nos routes déjà encombrées de myriades de camions.
Après discussions enfiévrées, amendements et votes successifs de chacun de articles, une poignée de députés de la majorité trouva judicieux de brandir la menace du vote contre afin de précipiter dans le pétrin leurs petits copains et le gouvernement, lesquels semble-t-il ne s'y attendaient plus.
Moyennant quoi à grands coups de menton et de déclarations furibardes notre Matador de Premier Sinistre ne sortit pas l’épée mais l'arme nucléaire tant vilipendée par les Socialos quand ils œuvraient confortablement dans l'opposition : l'engagement de la responsabilité du gouvernement.

Tout cela ne changera rigoureusement rien à notre dégringolade mais nous aura bien occupés pendant quelques jours...et pendant ce temps-là l'Islamisme grignote tranquillement du terrain...
Ça n'a pas l'air de trop inquiéter nos Chères Élites mais il se trouve que l'État Islamique vient d'ouvrir une succursale en Libye. Grâce à l'action conjuguée de BHL et de Nicolas Sarkozy la voie se trouve libre. Les Musulmans fanatiques ne manquent pas dans le coin et les armes non plus ne font pas défaut, le tout au beau milieu d'un vrai bordel arabe plus épais que les vents de sable du désert. Dans de telles conditions, il ne manque plus grand chose pour que les Djihadistes du Mali, Boko-Aram, et les néo-daeshiens  fassent leur jonction et nous créent un super-califat africain propre à nous emboucaner la moitié du continent en attendant mieux. Déjà nous pouvons garantir l'arrivée imminente sur les côtes du Sud de l'Italie, d'un flot décuplé d'envahisseurs disposé à nous étouffer proprement et sans bavure. Le simple fait d'avoir au Nord de l'Afrique, à quelques encablures de l'Europe, un nid de frelons de ce calibre devrait nous secouer un peu, mais non, rien ne bouge...nous autres on s'occupe de la Loi Macron, du plan de sauvegarde du gauchisme grec et du danger représenté par la montée du Front National. Même l'égorgement des Coptes nous laisse parfaitement froids : vous pensez : des Chrétiens ! Qu'est-ce que vous voulez qu’on y face ! Je vous le demande ?

Mais bon, on fait ce qu'on peut, on n'est pas des bœufs, n'est-ce pas ?

Amitiés à tous.