Au lendemain de la mort des auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo abattus par les hommes du GIGN et du preneur d’otage de la porte de Vincennes tué lors de l’assaut des forces de l’ordre et à la veille de la marche républicaine je me réjouis, je ris jaune et je m’interroge.

  • Je me réjouis, de la réponse apportée à la barbarie et au terrorisme. On ne marche pas sur la France. Il faut que les fanatiques de tous bords et de toutes religions le sachent.
  • Je ris jaune, aujourd’hui quand je retrouve dans « Aveux » ce qu’écrivait Wolinski :

« Le lâche attentat est devenu l’arme secrète des croyants. C’est étrange. Avez-vous remarqué que les athées tuent assez peu ? Les athées posent rarement des bombes devant les lieux de culte. Seule la foi donne suffisamment de couilles au fanatique de base pour égorger, mutiler, violer, exterminer les voisins ou se faire sauter avec une voiture piégée. L’athée de base n'a pas le goût du martyre. Il lit Charlie-Hebdo. Et il évite de passer en vélo devant l’ambassade américaine ».  

  • Je m’interroge, sur le bien fondé de la prise de position de certains membres de formations politiques qui refusent à d’autres le droit de se joindre à la marche dite d’union nationale organisée par leur parti, sous prétexte qu’ils ne partagent pas leurs points de vue.

  • Je m’interroge aussi sur la sincérité de ceux qui aujourd’hui nous appellent, en brandissant le slogan « Je suis Charlie » au soutient et à la survie de Charlie Hebdo et de la liberté d’expression, alors qu’hier lors de la publication des « caricatures » et de « Charia Hebdo », ils manifestaient, criaient au scandale, trouvaient inadmissible et traitaient de totalement irresponsable les journalistes et la rédaction de ce journal satirique. Allant même pour certains jusqu’a souhaiter sa disparition y compris physique comme ce fut le cas pour le plus con d’un de nos humoriste.

Demain, je n'irais pas manifester, parce que j'ai un collègue arabe qui bosse dur chez Auchan. Chaque matin il se lève pour apporter sa pierre à l'édifice et c'est super de le voir arriver au boulot avec son sourire et sa bonne humeur dès le matin. Il est abasourdi, démoralisé et depuis deux jours il perd confiance. En cause ? Il ne sait plus comment croiser le regard des personnes qui l'entoure. Il a croisé le mien et je lui ai dit. Gardes ta bonne humeur et ton optimisme qui te vont si bien. Tu vas malheureusement croiser des regards hostiles, des triples buses et pas mal de cons qui vont faire tous les amalgames.

Pardonnes-leur et restes fier d'être français. C'est le plus beau bras d'honneur que tu feras à l'état islamique et leurs petites stratégies pour nous diviser. 

Je serai bien allé manifester avec lui. Mais j'ai peur de ne pas le trouver dans la foule des Tartuffes.

J'ai lu aussi un commentaire d’André Gérin, ancien députe maire communiste de Vénissieux, qui est adressé à tout le monde.

"La société a produit des enfants devenus des talibans français qui sont en guerre contre leur pays, contre la République, contre les valeurs issues de la Révolution Française. J’entends dire partout qu'il ne faut pas faire d’amalgame. Mais l’amalgame existe déjà. Il est le fruit de 40 années d'angélisme".

Je serais bien allé manifester avec l'ancien maire de Vénissieux. Mais j'ai peur de ne pas le voir, englué qu'il serait dans la masse des hypocrites.

Libération appelle à manifester dimanche. Je lis dans ce journal sous la signature de Laurent Joffrin que les tueurs se sont trompés de cible et que les vrais islamophobes s'appellent Finkielkraut et HouellebecqJe lis aussi dans le même journal la tribune d'un obscur avocat (je n'ai pas retenu son nom, ça ne valait pas la peine) qui s'étrangle d'indignation non pas contre les islamistes mais contre ceux qui critiquent l'Islam. Je ne peux pas manifester avec ces gens-là.

Différents autres médias, Télérama, Mediapart, Les Inrocks appellent également à manifester. Avec le même brouet indigeste et répétitif : "Pour la liberté et contre l'islamophobie". La liberté telle que je la conçois est aussi celle d’être islamophobe. Je n'irai pas manifester avec eux.

Dominique Sopo de SOS Racisme annonce sur un ton solennel que la présence du FN à la manifestation serait une honte et un dévoiement. Qui aurait-il de honteux à manifester avec un sympathisant frontiste pour dire aux térroristes et aux fanatiques qu'ils ne gagneront pas. Je n'irai pas manifester avec M. Sopo .

Hier j'ai entendu à la radio qu'on avait vu une bonne sœur prier à genoux devant le siège de Charlie Hebdo. Oui, devant ce journal dont les dessinateurs n'ont pas ménagé leur talent pour traîner dans la boue les curés et les grenouilles de bénitier. 

Quand je vois tout ce cirque je suis triste et révolté et ne sais plus trop que penser. j'aurai presque envie de faire comme cette bonne soeur, mais je ne suis pas croyant et ne sais pas prier, alors dimanche, je resterais chez moi pour saluer et m'incliner avec respect à la mémoire de toutes les victimes du terrorisme.