Cher Jean Pierre, chère Marie Thérèse.

Il m’est difficile dans des circonstances aussi tragiques de trouver les mots qui puissent alléger la douleur causée par la brutale disparition de KARINE. Il n’y a pas plus grand chagrin au monde que la perte de son enfant, et pour avoir connu pareil drame, je sais ce que vous pouvez éprouver.

Je souhaite de tout cœur que vous saurez trouver parmi vos proches la force nécessaire pour surmonter cette épreuve.

Nicole se joint à moi pour vous dire toute notre amitié et notre compassion. 
Nous espérons profondément que dans les prochains jours, semaines, mois, années vous puissiez vous rappeler, avec joie, les bons moments passés avec elle et que ça puisse vous aider à continuer malgré son absence.

Nos sincères condoléances,

 

Monsieur Jean Louis Grignard 
Madame Nicole Letalleur