J’ai bien peur que nos impôts locaux n’en finissent d’augmenter.

Tout simplement parce que, comme d’habitude en pareille circonstance, la plupart des maires ont préféré stabiliser les impôts avant les municipales et que les dotations allouées par l'État, la région et les départements diminuent et diminueront encore : (d'ici à 2017, 10 milliards d'euros d’économie seront demandés par l’état aux collectivités territoriales, soit environ 10% de leurs ressources). De fait, un effet de rattrapage aura inévitablement lieu au lendemain du scrutin des 23 et 30 mars 2014, voir dans l’année qui suit, et notre commune comme tant d’autres ne pourra que difficilement y échapper.

Confrontées à une diminution de leurs recettes, les maires nouvellement élus vont ainsi devoir jongler avec la finance communale et les promesses électorales à réaliser. Sachant, que la solution de facilité pour se libérer des marges de manœuvre réside dans la hausse de la fiscalité locale, j’ai bien peur de voir augmenter nos impôts et ainsi faire qu’un certains nombres de ménages se retrouvent demain à payer davantage d'impôts locaux que d'impôt sur le revenu.

De plus la réforme de la fiscalité voulue par le gouvernement ne devrait pas arranger les choses, d’autant qu’il est envisagé pour plus de justice sociale… la modification du mode de calcul de la taxe d'habitation et de la taxe foncière, ce qui n’augure rien de bon pour le contribuable.

Chez nous à Latour de France, en 2009, un an après les dernières élections municipales, la taxe d'habitation avait progressé de : 3,12% et la taxe foncière de 4,23%.

Qu’en sera-t-il en 2015 ? Nous verrons bien ?