Monsieur Vincent PEILLON ministre de l’éducation nationale est en visite dans nos écoles.


Il demande à la classe de Madame LAGACHE un exemple de « tragédie ».

 

  • « Titi » le plus gentil des petits garçons se lève et propose :
     -Si mon meilleur ami, qui vit dans une ferme, était en train de jouer dans le champ et qu'un tracteur lui roule dessus et l’écrabouille, ce serait une tragédie.
    - Non, dit Monsieur PEILLON, ce serait un accident. 

 

  • Puis c’est « Titine » la plus jolie des petites filles qui lève la main :
    - Si un bus scolaire transportant 35 enfants tombait dans l’AGLY, et que tout le monde était noyé à l'intérieur, ça serait une tragédie.
    - Je crains que non, explique Monsieur PEILLON, c'est ce qu'on appellerait une grande perte. 

 

Le silence se fait dans la classe. Aucun autre enfant ne se porte volontaire.
Betty leur maitresse, les encourage un peu. Finalement, au fond de la salle, « Toto » la boule à zéro lève la main et d’une voix calme il dit :
- Si l'avion du gouvernement vous transportant était frappé par un tir de missile et était complètement désintégré, ça serait une tragédie.

- Très bien ! s'exclame le Ministre. Et peux-tu nous dire pourquoi ce serait une tragédie ?
- Eh bien, dit le garçon, il faut bien que ce soit une tragédie, car ce ne serait certainement pas une grande perte et probablement pas un accident non plus ! 

 

*Souriez, n’y voyez aucune malice de ma part juste un tait d’humour entre les deux tours des élections municipales pour vous souhaiter une bonne journée.