Cher Monsieur Rogeaux

Si mes critiques sur votre prestation publique du 04/02/2014 lors de la présentations de votre CD vous indisposent, j'en suis profondément désolé, mais ne vous en déplaise, nous vivons dans un pays de droit, ou la liberté d'expression est encore de mise et de fait m'autorise à dire et à écrire ce que bon me semble à ce sujet, même si cela ne vous sied guère. 
Permettez moi de profiter de l'occasion pour vous dire que je n'ai nul besoin de recourir aux services d'un nègre où d'une nègresse... pour rédiger les textes de mes publications dans mon petit journal bête et méchant. D'ailleurs je ne vois pas en quoi ma satire n° 134 est pu vous choquer ou vous offenser.

Chacun est libre d'aimer ou de ne pas aimer votre "daube" et vos "talents"... et si comme cela semble le cas, vous n'êtes pas capable de supporter et d'affronter la critique, je ne saurais mieux vous conseiller pour échapper à de futures désillusions que d'éviter de vous exposer et de vous livrer... sans discernements, qui plus est en public.

 

Monsieur Jean Louis Grignard.

 

PS : Trouvez ci-joint pour mieux illustrer mon propos, une petite composition humoriste, que je vous ai concocté sans condescendances, et qui je l’espère devrait vous interroger… et vous servir.
Protégé par copyright, celle-ci ne peut être utilisé sans l’accord écrit de son auteur. 

Bouche cousue (2)