En ce début d’année la tradition des vœux oblige et les circonstances font qu’il est des dates et des manifestations on ne peut plus banales, qui tout d’un coup prennent un relief et une saveur toute particulière. Vous vous doutiez bien Monsieur le Maire, qu’il me serait difficile voire impossible de ne pas répondre à l’heureuse surprise que vous m’avez réservé lors de la présentation de vos vœux 2014 aux Tourilles et aux Tourils en ce samedi 25 janvier.

Je ne reviendrais pas sur le mérite ou pas de cette distinction, et laisserais à la rumeur et au qu’en dira t’on, le soin de commenter la reconnaissance publique et l’honneur que vous m’avez fait.
Avouez, cher Jean José que l’occasion est bien trop belle pour me refuser au plaisir de vous offrir une dernière fois, la place de choix qui vous revient de droit dans les colonnes de mon petit journal et de vous faire à mon tour une « SURPRISE ».

 

 ____________________________________

 

Lettre ouverte à Monsieur Jean José COLOMES  Maire de LATOUR de FRANCE.

 

Monsieur le Maire

Je voudrais vous dire toute la fierté que fut la mienne de recevoir de votre haute bienveillance cette médaille honorifique de la ville de LATOUR de FRANCE et du plaisir jubilatoire qui m’anima vis-à-vis de certaines personnes présentes à cette cérémonie, ceux la même qui au tout début de votre mandat, me qualifiait d’asocial et vous demandaient dans un tract anonyme de bien vouloir ainsi que ma compagne veiller dans les plus brefs délais à nous délocaliser d’office.
Je me félicite de mes engagements à vos cotés dans diverses actions citoyennes et culturelles, dans le respect du droit, des lois et des valeurs de la République. Vous dire également tout le plaisir que j’ai eu a travailler avec votre secrétariat et a collaborer avec nos élus à l’exercice de la démocratie.
Je vous prie de trouver dans ces quelques lignes l’expression de toute ma reconnaissance pour votre sens de l’écoute et pour votre modération face à divers de mes propos et à certains de mes écrits.
Au fil de nos rencontres, de nos échanges et de nos oppositions j’ai appris à mieux vous connaitre et vous apprécier. Aujourd’hui c’est avec la plus grande des sincérités que je vous dis et reconnais m’être jadis trompé dans le jugement que je portais à votre encontre.
Je ne sais, si vous serez le meilleur des Maires qu’aura connu notre commune, seule l’histoire nous le dira, mais une chose est sure, c’est que vous pouvez être fier du travail accompli avec votre équipe pour notre chef lieu de canton.
Vous allez nous manquer Monsieur le Maire, tout comme vous allez manquer à l’Emmerdeur public et au Poil à gratter que je suis. Mais rassurez-vous je serais pour votre successeur comme je le fus pour vous, le contre pouvoir nécessaire à l’exercice de la démocratie, et je continuerais à m’engager et à me battre pour que Latour de France poursuive sur la voie du progrès et du mieux vivre pour tous.

Je n’ai pas trempé ma plume dans le miel et mes griffes sont toujours les mêmes, mais quelque chose a changé depuis un certain 13 juillet 2008, et cette chose, c’est l’amitié qui peu à peu c’est tissée entre nous et qui nous lie aujourd’hui. Cette amitié cher Jean José vaut à mes yeux la plus belle des reconnaissances.

Alors, avant que tu ne tournes la page de ton engagement municipal, permets-moi de te dire une nouvelle fois toute ma considération et de te témoigner toute mon amitié.

Merci Monsieur le Maire, merci pour cette amitié.

 

Monsieur Jean Louis GRIGNARD