Tout et rien à la fois…

Après les 47 points de certains, nous avons tous reçu il y à déjà quelques temps les
10 engagements de la liste : « LATOUR ENSEMBLE »

Tout petit, j’ai lu les 10 commandements et à l’époque je n’avais pas tout compris, depuis j’ai grandi mais à la lecture des 10 engagements de Monsieur Colomes, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris non plus ; enfin presque….
Pour ceux qui ne les ont pas encore lu, je vous rassure, les 10 engagements non rien de commun avec les 10 commandements…. Ouf !!!!
Je trouve qu’il a bien fait de nous faire remarquer que beaucoup de programmes étaient mis aux oubliettes, parce qu’effectivement ses engagements ne sont pas un programme et qu’il n’est pas sûr non plus qu’ils passent tous par la case départ avant d’aller eux aussi finir leur vie aux oubliettes.
En fait, ils ne sont, et ce n’est pas surprenant de la part d’un pratiquant et expert du barreau, rien d’autre que des engagements démagogiques.

Aussi afin d’essayer de mieux comprendre, que quelqu’un m’explique ou expliquez moi :

  • C’est quoi une démocratie vivante ? je n’en connais pas de morte…

  • Je ne vois malheureusement pas comment vous allez pouvoir résoudre les problèmes de nos viticulteurs, même avec l’aide d’un ami ancien Ministre.

  • Le tourisme peut contribuer à une ouverture vers l’extérieur, à produire de la richesse, voir même de nouveaux emplois, mais bien moins que : dynamisme, volonté d’entreprendre et de créer.

  • Promouvoir le talent des uns et des autres, n’est pas du recours d’une municipalité.

Que vous souhaitiez à titre personnel rendre hommage, de leur vivant ou à titre posthume à divers Touriles et Tourils pour leur talent, leurs œuvres, ou pour leur action est fort louable et tout à votre honneur. Mais il me semble que le rôle d’une équipe municipale, c’est avant tout de faire la promotion du village ou de la ville dont ils sont les élus.
Et si au soir du 16 mars tel devait être pour vous et vos colistiers, c’est de la promotion de LATOUR de FRANCE dont vous auriez à vous préoccuper et non pas de celles d’individualités, artistiques ou autres qu’ils soient résidant ou natif de notre chef lieu de canton.