La Gazette de Triniach

25 mars 2020

Lettre ouverte à Monsieur Michel Pigeon

 

Bonjour Monsieur le maire,
 
En cette période de confinement, vous avez jugez utilise et nécessaire de faire une demande de dérogation auprès de Monsieur le Préfet des Pyrénées-Orientales pour que puisse se tenir le marché local du Théâtre de verdure tous les MARDI de 16h30 à 19h30 et, je vous en félicite vous avez reçu accord pour que celui-ci soit maintenu.
 
Mais quand est-il pour le traditionnel marché du VENDREDI de la place Roger Salengro ?
 
Dans l’attente,
Respectueusement.
 
Jean-Louis GRIGNARD

 

 

Posté par jeanlouisgrig à 14:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2020

Covid-19

Covid_19_2

What do you want to do ?
New mail

Posté par jeanlouisgrig à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2020

Covid 19 / Un peu de civisme s'il vous plaît !

 

Je suis fier d'être Français ! Mais dans un contexte que la plus par d'entre-nous n'avions jamais connu, dans cette période difficile que nous sommes en train de vivre, je ne comprends pas l'égoïsme, le nombrilisme et l'irresponsabilité de certains de mes compatriotes.
Quand je les vois se ruer dans les supers marchés,dans les pharmacies, dans les boulangeries, chez nos commerçants pour faire du stock... par peur du manque...

  • C'est ça la solidarité, l'entraide, le mieux vivre ensemble ?
  • C'est ça la France ?
  • C'est ça les Français ! Non !


Se comporter pareillement est indigne de notre beau pays, du pays de la Liberté, de l'Egalité, de la Fraternité.
C'est indigne de gens civilisés ! J'ai honte pour eux !

Pour lutter efficacement contre cette pandémie, pour vaincre le coronavirus, il est plus que jamais nécessaire que ayons tous un comportement exemplaire.
Un comportement de citoyen responsable, en respectant les consignes qui nous sont données, en se protégeant, en nous protégeant et ainsi, en protégeant les autres.

Les repas de famille, les sorties au jardin d'enfants, les cousinades, les lotos du "club des aînés", les parties de pétanque, les rencontres entre amis, voisins et autres, les randonnées pédestres, équestres, les sorties cyclistes et toutes autres activités en groupe, quelles qu'elles soient, il va nous falloir y renoncer pendant quelques temps, pour le bien de tous.

La situation l'exige.

What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail

Posté par jeanlouisgrig à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2020

Aux abonnés absents

 

Oyez, oyez, braves gens, damoiselles et damoiseaux!  De

LATOUR DECIDONS ENSEMBLE  

  • Parce que je suis un électeur responsable ;
  • Parce que l’avenir de Latour de France me préoccupe ;
  • Parce que depuis votre réunion publique du 23 janvier 19h nous n’avons plus de vos nouvelles ;
  • Parce que « DEMOCRATIE » est à mes yeux synonyme de choix ;
  • Parce que les 15 et 22 mars 2020 nous serons appelés à choisir nos futurs élus ; 

Ne pensez-vous pas qu’il serait temps de vous retrousser les manches pour nous présenter votre liste officielle et nous faire part de vos projets à construire ensemble.

Avouez tout de même que pour un collectif qui ambitionne un fonctionnement démocratique et participatif de la gestion communale, qui se fait fort de concertation et de communication, votre silence inquiète et interroge sur vos intentions.

Seriez-vous confrontés au syndrome de la feuille blanche ou à la crainte du débat démocratique et du suffrage universel ?

Jean-Louis GRIGNARD

What do you want to do ?
New mail

Posté par jeanlouisgrig à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2020

Le parking municipal de demain

 

Mesdames et Messieurs nos futurs élus, dans un rôle que je revendique bien volontiers de : « poil à gratter municipal » pour certains, voire « d’emmerdeur public » pour d’autres, avouez, qu’il fut dommage que je me prive de l’occasion qui m’est offerte en cette période électorale, de vous faire une suggestion susceptible de figurer dans vos programmes, vos promesses ou vos engagements… pour les élections municipales 2020.

Pour mémoire et en préambule à ma suggestion du « Parking de demain »

Lors de la séance du conseil municipal en date du 31 Mai 2017, celui-ci a acté l’achat par l’EPFL du terrain MESTRE, situé rue des Feiches en vue d’y réaliser un nouveau parking municipal.

Il est évident que la mise à disposition de nouvelles places de stationnement à proximités du centre bourg est devenue plus que jamais nécessaire, voire urgente, ne serait-ce que pour répondre à la problématique du stationnement sur la place et le boulevard de la République, la rue du marché, le boulevard Carnot.

Cette acquisition foncière (financièrement élevée) mais indispensable pour la réalisation de ce projet, et le coût (non négligeable) des travaux de son agencement en de parking municipal, ne sont malgré tout pas incompatibles avec : Gratuité, service public, sécurité, autonomie énergétique, écologie et amortissement.

  • Gratuit : Pour que son utilisation soit optimale et réponde à la notion de service public.
  • Arboré : Pour s’intégrer au mieux à son environnement (rural) et offrir le bien être d’un stationnement à l’ombre à ses utilisateurs.
  • Sécurisé : Par caméra vidéo surveillance (idem parking des écoles) et éclairage autonome (lampadaire solaire) un est déjà en place sur zone.
  • Écologique : Avec un revêtement de sol non ruisselant (pour éviter tout risques de pollution du canal d’irrigation et de collecte des eaux de ruissèlement qui coule en son contrebas et qui se déverse dans l’Agly).
  • Amortissement : En bien-pensant son aménagement.

Et à ce titre, ne pourrait-on pas envisager :

  • La construction de box individuel fermé et sécurisé dont la toiture serait génératrice de revenus complémentaires pour la commune grâce sa couverture de panneaux photovoltaïques ?
    Étant bien entendu que leur construction quelles qu’en soit le nombre et leur finalité : achat ou locative, ne serait mise en œuvre qu’après la signature d’un sous seing privé pour l’option achat ou la signature d’un bail pour le locatif.

 

Dans l’attente du plaisir dans débattre,


Bien cordialement,

Jean-Louis GRIGNARD.

Posté par jeanlouisgrig à 17:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2020

Lettre à Monsieur le Maire

Dites Monsieur le Maire ! Et si vous mettiez en place une NAVETTE municipale ? Allez chiche ! Je vous aide.
 
Un service de mobilité gratuit ou à bas coût.
 
Une navette communale accessible à tous. C’est un moyen parmi d’autre de répondre à l’urgence et au besoin légitime de mobilité de chacun.
Véhicule non polluant (électrique) de type minibus (9 places), cette navette devra être accessible à tous : jeunes, seniors, mais également aux personnes à mobilité réduite.
À la disposition de tous les résidents de la commune, pour leur faciliter la vie et leurs déplacements en leur proposant une offre de transport au plus proche de leur habitation, elle devra également être accessible aux personnes venant de l’extérieur.
 
En connexion et complémentaire des offres de mobilité déjà existantes (autobus) desservant la commune, vous pourriez proposer ce service :
- Entre un point de départ et d’arrivée (itinéraire).
- En limitation d’espace et de temps (calendrier),
- En horaires fixes (grille),
- Ou à la demande (sur réservation préalable) et dans ce cas, le lieu de prise en charge et de dépose peut être libres
 
Proposer, ce type de service de mobilité à vos administrés sur le territoire communal et vers les communes limitrophes, c’est Monsieur le Maire :
- Une façon de lutter contre l’isolement des plus vulnérables,
- C'est lutter contre un sentiment d’injustice et une forme d’assignation à résidence.
- C’est permettre à tous, de mieux se déplacer sur le territoire communal et intercommunal.
- Et c'est enfin et surtout de permettre à certains de vos administrés n'ayant pas de moyens de locomotion personnel de pouvoir accéder à divers commerces de nécessitées n'existants plus sur le territoire communal.
 
A vous de jouer Monsieur le Maire ! Et à ce soir pour la réunion du Conseil municipal.

Posté par jeanlouisgrig à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2020

Une autre forme de gouvernance .

 

LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE ET LA COMMUNE.

La démocratie participative permet d’augmenter l’implication des citoyens dans la vie politique de votre commune et d’accroître également leur rôle dans les prises de décisions.

COMMENT LA METTRE EN PLACE ?


Les intérêts de la démocratie participative ?

1       Des projets qui ressemblent à la population

2       L’occasion de récolter de nouveaux avis

3       Une ouverture aux citoyens 

Comment faire ? 

  • Organisez : des consultations citoyennes sur des projets phares.
  • Créez des commissions citoyennes et veillez à leurs consultations et à leurs intégrations dans la conception de vos grands projets : d’urbanismes ou d’aménagements du territoire, de sécurité, de mobilité, de solidarité.
  • Sensibilisez et recrutez les citoyens via : des appels à la participation sur le site internet communal, le bulletin municipal, les informations aux commerçants et aux associations.
    Il y a fort à parier et vous courrez le risque d’avoir toujours la présence des mêmes citoyens. Sinon vous pouvez également les tirer au sort, mais dans ce cas, le risque est que certain de ces citoyens ne soient pas d’accord – il ne vous restera plus qu’à les convaincre.
  • Intégrez des acteurs économiques et bénévoles de la vie locale (artisans, grandes entreprises, associations…)
  • Organisez des réunions en soirée ou le samedi matin en ayant si possible un modérateur extérieur pour les réunions prévues et en présence d’un ou d’une élue dédiée. Demandez au Maire, de venir prendre la température, de se montrer, et de participer à chaque échange. Demandez également à tous les élus de venir à un moment ou à un autre prendre contact avec le groupe pour que celui-ci connaisse mieux le conseil municipal.
  • Organisez des « permanences » : Allez à la rencontre des citoyens et des citoyennes sur leurs lieux de vie : bibliothèque, poste, marchés… et sortez la mairie de ses habitudes classiques pour réinventer le lien entre élus et citoyens.
    Ces permanence peuvent être faites hors des traditionnels murs de la mairie et doivent donner lieu à divers échanges autour une « table ronde » ou d’un « atelier », où seront impérativement présents ou présentes divers élus.
  • Faites découvrir la vie d’élu-e-s aux jeunes grâce aux réseaux sociaux : Une digitalisation plus intense des mairies. Certaines communes ont un compte facebook, d’autres ont un compte Twitter, mais les nouveaux réseaux sociaux, à la fois instantanés et dynamiques, sont souvent délaissés.
    Pourtant, snapchat, Vine, Instagram ou même Pinterest permettent de toucher une communauté jeune et connectée. Les élu-e-s peuvent créer du lien, virtuel dans un premier temps, avec de nouveaux jeunes arrivants ou des citoyens et citoyennes en devenir.
  • Mettez en place des enquêtes auprès des citoyens : Créez des « enquêtes de satisfaction » publiques. Les élu-e-s peuvent conduire à mi-mandat une enquête thématique auprès des citoyen-ne-s pour prendre leur avis sur les projets en cours, le fonctionnement de la municipalité, la gestion de la ville, de la voirie…
    Pour les élu-e-s les plus transparents, cette enquête peut conclure chaque année du mandat et prendre différentes formes : consultation publique sur le marché, bulletin de satisfaction dans le journal municipal à compléter et remettre, réunion publique, etc.

Désormais, Mesdames et Messieurs nos futur élus, ne nous dites pas que vous ne comprenez rien à la démocratie participative et que vous ne savez pas comment ça marche.

Demain, au soir du 15 ou du 22 mars 2020, rien ne s’opposera ou ne vous interdira de mettre en œuvre une gestion communale s’appuyant sur ses fondements.

 

 

What do you want to do ?
New mail

Posté par jeanlouisgrig à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2019

La faillite pour nous sauver ?

 

La faillite pour nous sauver de la dette ?

Mesures d’austérité, plans de sauvetage… De congrès en réunions de travail, de déclarations en projets de loi, les gouvernements se démènent pour mettre fin à la crise de la dette sans y laisser trop de plumes… Mais pourquoi personne, n’évoque la solution la plus simple, la plus logique et la plus juste ? 

"Depuis l’aube des temps, depuis qu’ils ont inventé l’argent, des hommes ont prêté de l’argent à d’autres hommes, et ne l’ont pas récupéré."
Que se passe-t-il alors ? C’est simple, cela tient un mot : la faillite. L’emprunteur admet qu’il ne pourra pas rembourser ses dettes. Le créancier saisit les biens que la personne endettée possède toujours. Finalement, les deux parties sont perdantes, elles n’ont plus qu’à panser leurs plaies et tirer les leçons de cette expérience.

Emprunteurs et créanciers ont été trop gourmands : les uns ont trop emprunté, les autres ont trop prêté. Dans un monde simple et juste, les deux devraient payer le prix de leurs erreurs.

L’ampleur de cette crise est sans précédent : tant du côté des créanciers que celui des emprunteurs, les responsables sont si nombreux qu’ils ont le pouvoir d’imposer leurs vues, de refuser d’admettre leurs erreurs, et d’éviter les pertes inhérentes à toute faillite.
Dans le système bancaire Européen actuel, il conviendra sans doute de faire avant le distinguo entre banques d’affaires et banques de dépôts et de scinder les deux activités au sein d’un même groupe pour éviter la confusion des genres.

Certes, les conséquences de la faillite du secteur banque d’affaire, touchera tout le monde, et il faudra trouver une solution pour permettre aux institutions en faillite de continuer à fonctionner.

Les actionnaires perdront leur argent, mais les contribuables en gagneront probablement un peu. 

Alors faut ‘il ou pas en prendre le risque ? je ne sais pas ! je ne suis pas un économiste mais " un capitalisme sans faillite, ne serait ‘il pas un peu comme le catholicisme sans l’enfer" ?

 

Posté par jeanlouisgrig à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2019

Diesel ? Essence ? …

 

Devons-nous continuer de rouler au diesel ?

Prétendre qu’il faudrait laisser le temps aux gens de migrer des voitures à moteur diesel vers des voitures à moteur essence démontre n’avoir, aucune idée du : comment sont obtenus les différents produits pétroliers.
Un écologiste « forcené » me disait récemment que la solution était simple : Il suffit de ne plus fabriquer du gazole.
Lui aussi croyait qu’on fabriquait du gazole à la demande.

Je vais essayer de vous expliquer comment on obtient les différents produits issus de la distillation du pétrole.
Une raffinerie n’est ni plus ni moins qu’une distillerie et on distille le pétrole comme la lavande pour la parfumerie ou le raisin pour la gnôle.

Pour faire simple et en schématisant beaucoup (car en vérité c’est un tout petit peu plus complexe):

1) On verse du pétrole brut dans une immense cuve et on allume le feu dessous, très doucement au début: 20°c.

2) La cuve commence alors à « dégazer », et on récupère les gaz: propane, butane, GPL.

3) On augmente le feu vers 150 à 200°c, sortent les vapeurs qui, une fois condensées donnent les essences de pétroles. D’abord les naphtes, pour la pétrochimie, puis l’essence pour nos voitures.

4) On augmente encore la température jusque vers 300°c. Montent alors les huiles: le kérosène pour les avions, le fameux gazole pour nos moteurs diesel, et le fioul domestique. Et ainsi de suite.

Il ne reste à la fin plus que les résidus: les bitumes avec lesquels nous faisons nos routes.
Rien ne se perd dans le pétrole.

CONCLUSION: On ne fabrique pas du gazole à la demande. Qu’on le veuille ou pas, qu’on le consomme ou pas, il sort des cuves au cours du processus. Et ce gazole représente 21% de la masse du pétrole brut, ce qui est loin d’être négligeable. (45% pour l’essence).
La question qui se pose, n’est pas simplement de faire le choix entre l’essence et le gazole, mais: Qu’est-ce qu’on fait du gazole si on ne le consomme plus?

Vers la fin des années soixante, seuls les camions, des bateaux pas trop gros et quelques rares voitures étaient équipées de moteurs diesel. On ne consommait pas tout le gazole issu des raffineries.

Les compagnies pétrolières, devant ce manque à gagner, se sont alors tournées vers les constructeurs automobiles pour leur demander de développer les moteurs diesel, et c’est ce qu’on fait les constructeurs.

Avec de nouveaux alliages acceptant des hautes température de fonctionnement, des taux de compression plus élevés et l’intégration de système de suralimentation (les turbos) ils ont obtenus des moteurs diesel aussi performants que les moteurs à essence, plus fiables, avec une meilleure longévité et qui consommaient moins. Le succès des moteurs diesel, aidé par une fiscalité moins âpre sur le gazole, a donc été fulgurant.

Je me souviens qu’à l’époque, des panneaux publicitaires de 4m sur 3, faisaient l’apologie du moteur diesel, et la presse vantait dans tous les articles l’écologie du moteur diesel, affirmant qu’il polluait moins que le moteur à essence.

Le problème aujourd’hui, c’est qu’on a inversé la tendance, et qu’il existe, surtout en France, un gros déséquilibre de la demande entre l’essence et le gazole. Il faut donc impérativement pour les pétroliers revenir à l’équilibre, et contrairement ce que croient les gens, il n’est pas question d’éradiquer les moteurs diesel, au risque de retourner aux années soixante.

Comment résoudre ce dilemme?

Sachant qu’entre deux moteurs, les gens choisiront toujours le plus performant, il faut donc faire une campagne de dénigrement du moteur préféré des usagers. On mobilise donc les politiques et la presse, on prend une poignée de fous furieux écologistes à qui « on bourre le crâne », et c’est parti pour façonner l’opinion publique, et fabriquer le consentement.

Et vous verrez que lorsque le parc automobile sera revenu à l’équilibre (2 véhicules essence pour 1 véhicule diesel) comme par magie, on retrouvera des vertus au gazole. D’autant que le principal problème du diesel c’est le rejet des particules, et qu’il a été en partie résolu, tout au moins pour les véhicules de constructions récente (en France, le filtre à particules est obligatoire sur les moteurs Diesel neufs, depuis le 1er janvier 2011) , par l’adjonction de filtres à particules qui piègent 99% des émissions.

Alors ! Diesel ? Essence ? …

 

Posté par jeanlouisgrig à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2019

Oyez,oyez ! braves gens et si nous agissions !

 

A quoi bon lancer, des cris d'alarme contre la société de consommation et l'industrialisation, contre la pollution qui en résulte, si nous continuons à utiliser et à consommer les produits qui nous empoisonnent, et à épuiser encore un peu plus chaque jour, les ressources naturelles de notre planète!

Dans le tumulte de la foule indifférente des mégapoles et des grandes cités, on ne perçoit plus les plaintes, alors n'usons pas le peu d'oxygène qui nous reste à crier notre désarroi.

Essayons plutôt de changer nos comportements égoïstes, de réapprendre à vivre autrement et retrouvons les bases d'une véritable échelle des valeurs.
Certes nous aurons du mal, nous avons accumulé trop de vilaines manies pendantes des générations, mais je reste persuadé, que rien n'est impossible et qu'il n'est encore pas trop tard. J'ose croire que nous ne serons pas assez stupides, pour continuer à détruire, cette minuscule merveille perdue au milieu de l'univers, que nous appelons : TERRE.

Il ne s'agit pas d'un retour à l'âge de pierre, pas plus que de renoncer à un certain confort ou à notre bien être, mais simplement de reconsidérer les éléments primordiaux de notre existence.

• Faut’ il avoir un puits pour connaitre la valeur de l'eau...
• Faut’ il faire pousser un arbre avant d'en abattre un autre...
• Faut’ il regarder vivre les animaux et les insectes avant d'exterminer quelques soi-disant "nuisibles"...

Nous n'avons pas besoin de leader politique de tous bords, qui nous tracent la route, qui signent une charte écolo, et qui nous disent, quelques mois avant les échanges électorales, que les problèmes de société et la protection de l'environnement sont des sujets qui les préoccupent, que s'ils sont élus tout sera mis en œuvre pour que les choses changent, alors qu'ils n'ont rien fait ou pas grand chose avant.

Nous sommes seuls et tous, les acteurs des changements à venir, et les garants de leurs mises en pratique. Il suffit simplement que nous ayons l'envie et la volonté de faire bouger les choses, que l'on prenne conscience que nous avons sans doute perdu la notion de l'essentiel, et que chacun d'entre nous concrétise par ses actes et ses comportements journaliers sa volonté et son désir de ne plus vouloir accepter la dégradation de notre planète.

Pourquoi, l'homme s'obstine t'il à s'inventer l'enfer, dans un milieu paradisiaque ?

Posté par jeanlouisgrig à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]